Communiqué


"Dans le cadre de la stratégie de déconfinement progressif établie par le Gouvernement et dans le prolongement des annonces du Président de la République du 19 juin, la ministre des Sports Roxana MARACINEANU a présenté les principales mesures qui ont été actées en Conseil de défense et de sécurité nationale concernant le secteur du sport à partir du 22 juin 2020.

Le décret 2020 759 du 21 juin 2020 définit les nouvelles mesures générales pour faire face à l’épidémie et abroge notamment l’article 44-I-1° du décret 2020 663 interdisant la pratique d’activités dans le cadre de groupe de plus de 10 personnes.

Ainsi, l’instruction de la Direction des Sports, confirme la libéralisation des dernières contraintes pesant sur la reprise de nos activités associatives, et la possibilité d’accueillir un nombre de pratiquants supérieur à 10 ; mais il nous faut malgré tout garder à l’esprit que le virus continue à circuler, qu’une distanciation adaptée et un respect des gestes barrières restent donc obligatoires."


Dans ce contexte l'Office de Tourisme du Cotentin vient de donner le feu vert,  à la reprise du calendrier des randonnées.

La prochaine sortie est programmée le lundi 6 juillet 2020 à TAMERVILLE.
Rendez vous au parking de la salle Communale.

MERCI






MERCI à MONIQUE, RÉGINE, ALAIN, DANIEL et PIERRE,
nos fidèles accompagnateurs.

MERCI à LINE, notre cantinière.



Le Codiv 19 a eu raison de notre entrain. Déjà en mars la météo nous a privés de notre marche nocturne. Le Coronavirus nous a stoppé net dans nos randos et nous a supprimé la journée pique-nique. C’est pourquoi j’adresse ces remerciements appuyés à toute notre dévouée équipe organisatrice de nos sorties ensoleillées, venteuses ou pluvieuses. Rien ne les arrête sauf un virus indélicat.

Dans de telles circonstances, mon appareil photo s’est fait du souci. (photo 1). Il ne comprenait cet abandon soudain sur une étagère.
À J-26, il reprenait espoir à la vue d’un arc-en-ciel (photo2), annonciateur du retour du beau temps et donc de meilleurs conditions de vie.
Avec l’approche du déconfinement, à J-5, Madame la Lune (celle qui nous a abandonnés un soir de mauvais temps) (photos 3 et 4) a pris ses précautions en mettant un masque.

Enfin, avec notre libération conditionnelle, je me suis empressé de sauter dans mes chaussures de marche avec l’idée de faire une mise en ligne (photo 5) via notre cher blogueur Pierre. C’est histoire de se dire que la vie reprend un cours plus normal.
Sous l’effet d’un printemps parfois chaotique, Dame Nature se pare de ses plus beaux atours. (Photo 6) En cours de chemin, je croise le compagnon rouge (photo 7) et le nombril de Vénus (photo 8).
Ici où là, chacun fait son trou comme il peut ou comme il veut. (photo 9) Ailleurs, c’est une barrière qui est fatiguée d’avoir attendu longtemps l’attention de Daniel B. (photo 10)
 Maintenant, nous croisons la stella maris (photo 11), l’ail des ours (photo 12) et la digitale (photo 13).
Un petit chemin offre son ombre printanière dans une petite montée (photo 14). Plus loin dans le Bois du Mont du Roc (photo 15) son grand frère est propice à une rando sous condition de déconfinement.
Comment ne pas avoir une pensée pour Monique et Alain en passant devant ce trou boueux (photo 16).
Tiens voilà quelqu’un que l’on voit peu d’habitude (photo 17). Il semble avoir perdu son panache avec sa queue dégarnie. A-t-il pu aller chez un coiffeur ? Imperturbable, il continue sa chasse. (photo 18)
La campagne de Nouainville est aussi calme que ce troupeau au repos. (photo 19)
Des fleurs, toujours des fleurs : géranium des bois (photo 20), anacamptis laxiflora, (photo 21) rhododendron (photo 22).
Pour les connaisseuses et les connaisseurs, le sureau offre ses ombrelles (photo 23). En effet, l’heure est à la fabrication d’une sorte d’apéritif ou de gelée avec ces fleurs. Pour les plus patients, il faut attendre l’automne pour faire des gelées bien noires avec les baies.
Un pinson faisait une pause avant de reprendre ses vocalises. (photo 24)
Une clématite se prélassait sur un mur, ses corolles grandes ouvertes. (photo 25)
À Grimesnil, cette maison est toujours bien campée à un croisement de routes et de chemins. (photo 26). Un peu plus loin, on retrouve les champs parés des aubépines en pleine floraison. (photo 27). Le chèvrefeuille n’est pas en reste lui qui distille un parfum envoûtant. (photo 28)
Pour clôturer cette sortie ensoleillée, mais un peu fraîche à cause du vent, un regard vers la rade de Cherbourg s’impose depuis Monturbet (photo 29) en espérant que très bientôt nous pourrons arpenter nos belles plages du Cotentin même celles couvertes de ces galets ….très agréables pour la marche.
Bonne santé à toutes et à tous en prenant les précautions indispensables à cette situation si particulière.
Bonnes vacances d’été avec la découverte d’autres horizons métropolitains en attendant de se retrouver toujours aussi nombreux en octobre.


Le 16 mai 2020.

GR-







Pour lire le texte original de Guy, cliquer sur le lien ci-dessous


Texte de Guy ERMOIN


Informations

Compte-tenu du caractère évolutif de l'épidémie de COVID-19 et des recommandations du ministère des Solidarités de la santé, toutes les activités de l'UIA, y compris les activités extérieures (randonnées) sont suspendues jusqu’à nouvel avis.


Randonnée " Clair de Lune" du lundi 09 Mars 2020


 Randonnée "Au Clair de Lune"

Bien que présents au rendez-vous donné au parking de Carteret, nous avons décidé d’annuler la randonnée de ce lundi 9 mars, compte tenu des conditions météo (pluie diluvienne).
 Sachant que la prochaine lune (super lune ou lune de ver) aura lieu le mercredi 8 avril prochain, nous allons reprogrammer cette marche à cette date, au calendrier 2020.

Un étonnant phénomène que nous n'avons pas pu observer ce soir, car la météo ne le permettait pas 

Extrait de l'article paru dans "Maxisciences.com"

Ce lundi 9 mars, à partir de 18h48, vous pourrez profiter de la première "super lune" de l'annéeBaptisée "lune de ver", elle est pourtant dénigrée par les scientifiques qui ne lui accordent que peu d'intérêt.

"Un terme qui n'existe pas"

Pour faire simple, les termes de "super lune" et "lune de ver" n'ont aucun fondement scientifique. Ce sont des locutions qui ont été popularisées avec le temps et dont l'origine est plutôt inattendue.

La "super lune" est un terme qui n'existe pas dans la littérature scientifique, a déclaré Pierre Henriquet, médiateur scientifique, à Numerama.

Ce terme n'est donc pas utilisé en astronomie, mais a été popularisé par l'astrologue Richard Nolle dans les années 1970. C'est donc un astrologue — celui qui rédige les horoscopes — et non un astronome, qui a mis en avant la "supermoon".
Cependant, la NASA elle-même utilise de plus en plus ce terme. Un article publié récemment intitulé "What is a Supermoon ?" explique même tout ce qu'il faut savoir sur ce phénomène.

Qu'est-ce qu'une "super lune" ?

Une "super lune" se produit quand une pleine lune coïncide avec le périgée de la Lune. C'est-à-dire, quand il y a une pleine lune et qu'elle se trouve au plus près de la Terre par rapport à son orbite.
Quand elle est à son périgée, la Lune est à environ 356.500 kilomètres de la Terre. À l'apogée, quand elle est le plus loin possible de la planète bleue, elle se trouve à près de 406.700 kilomètres.

Pourquoi "pleine lune de ver" ?

Cette pleine lune de Mars porte en fait plusieurs noms. Les tribus du Nord-Est des États-Unis l'ont connue sous le nom de "crow moon" ("lune du corbeau"), car le grincement des corbeaux signalait la fin de l'hiver.
D'autres noms du Nord étaient la lune croûtée, parce que la couverture de neige possédait une croûte de dégel le jour et de gel la nuit. Ou encore, la lune de sève (ou sucre), car il était le moment de s'occuper des érables.
Les tribus plus au Sud appelaient cela la lune de ver, car les vers de terre apparaissent à cette période, lorsque le sol dégèle. C'est ce nom qui est devenu le plus courant dans le langage populaire.
Distance Terre-Soleil : l’unité astronomique définitivement établie
À LIRE AUSSI
Distance Terre-Soleil : l’unité astronomique définitivement établie

Est-ce visible à l'oeil nu ?

Malheureusement, cette pleine lune ne devrait pas être un phénomène exceptionnel à regarder. Il faudrait la photographier au périgée et à l'apogée pour constater une légère différence. Ce rond plein ne sera donc pas très différent du dernier ou du prochain.
Pour les amateurs d'astronomie, ce sera toutefois une jolie pleine lune que vous pourrez observer, si la météo le permet. Mais pas de phénomène exceptionnel, comme peuvent le prétendre certains médias ou internautes sur les réseaux sociaux.